La lecture m’accompagne et me nourrit au quotidien depuis l’enfance. Partager les ouvrages qui m’ont touchée intéressée amusée scotchée ou bouleversée est un plaisir supplémentaire. Et un tremplin vers le partage intime et ultime : l’écriture, qui m’anime et me passionne tout autant.

Son odeur après la pluie, de Cédric Sapin-Defour

"Son odeur après la pluie" écrit la vie de l'auteur avec Ubac, son bouvier bernois. Il se lit autant avec l’envie de perdre son temps, qu'avec celle, en tournant les pages, d’avancer dans l’histoire. La richesse de ce récit autobiographique est étroitement liée à sa valeur personnelle et à la finesse de son analyse. L’écriture et la réflexion sont complexes. Le livre tout entier est d’une grande ambition littéraire obligeant le lecteur à sortir de sa zone de confort, explorer des mots des idées, relire, comprendre, profiter. 

J’évitais ce livre par auto-préservation c’est idiot je savais que j’allais pleurer. C’est arrivé dès la préface de Jean-Paul Dubois, page 9 (la première). Le texte m'a ensuite emportée dans son rythme, sa tendresse, ses belles pensées.

Si j’avais tort de tourner autour sans l'ouvrir, j'en ai encore plus aimé ce livre si juste si beau, encore plus mesuré ma joie d’avoir Riva. Puis je suis partie en acheter deux (livres, pas chiens) pour les offrir.


Autour de l’homme, du chien, dans Son odeur après la pluie, tournent les saisons, la nature, dans une puissante relation. 


Son odeur après la pluie, de Cédric Sapin-Defour